Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Interprète

Besoin d'un interprète sur place pour vous assister dans vos démarches ?

Laissez un commentaire.

Recherche

Articles Récents

14 septembre 2007 5 14 /09 /septembre /2007 14:17
Photo-029-1.jpgLa Potsdamer Platz vue en sortant du métro
 
Se balader sur la Potsdamer Platz peut procurer un choc visuel. Des immeubles de béton façon gratte-ciel, des immeubles de verre, et non loin de là, des bâtiments de brique rouge, placés en rang d’oignon. Sur une même place, les décors se succèdent sans se ressembler. Partout, une masse impressionnante de touristes et une circulation plutôt dense de véhicules. Le palace Ritz Carlton, le Sony Center tout de verre regroupant sept immeubles en un avec son célèbre dôme, des cinémas, des banques, des cafés, des restaurants, des musées…


Photo-038.jpgDôme du Sony Center
 

Il est difficile d’imaginer que l’endroit était plutôt désert avant et juste après la chute du mur dans les années 1990. Il faut remonter à la Seconde Guerre mondiale pour mieux comprendre le dénuement du paysage. L’endroit est alors bien amoché par les alliés pendant cette période et se situe, après la guerre, entre les trois zones britannique, américaine et soviétique. Malgré quelques tentatives pour rouvrir certains édifices de l’avant-guerre, le vide s’étend en s’accentuant après la construction du mur en 1961. Le peu d’immeubles encore entiers ne tardent pas à être abattus par le régime soviétique. Le film Les ailes du désir (Himmel über Berlin) de Wim Wenders, tourné en 1987 et dont la scène se déroule à Berlin, témoigne de l’état quasi désertique de la place. Jusqu’au 9 novembre 1989, un no man’s land s’étend à perte de vue, entre les deux murs parallèles qui séparent l’est de l’ouest de la capitale. La plupart des personnes exécutées pour avoir franchi le mur d'est en ouest le furent en cet endroit. 

 

Dans les années 1920, l’architecture des immeubles est très classique, rappelant quelque part notre style haussmannien. Des hôtels, des restaurants chics, un cinéma, des cafés où se rencontrent des auteurs et des artistes. C’est un quartier d’affaire le jour, très fréquenté par les touristes, et un lieu de prostitution la nuit. Avec ses nombreux transports en commun, c’est à l’époque la place la mieux desservie d’Europe. 

 

180px-Potsdamerplatz3.jpg   La Potsdamer Platz en 1903

 
En admirant la Potsdamer Platz d’aujourd’hui, on peut dire sans se tromper qu’elle retrouve le prestige et la gloire de ses années d’or. Même si les façades ne sont plus les mêmes qu’autrefois, l’atmosphère foisonnante est palpable. De la même manière qu’elle devait paraître tendance dans son classicisme de 1920, sa modernité nous saute aux yeux au sortir de la station de métro. Les immeubles de verre côtoient ceux de béton et de brique. Encore plus flagrant et spectaculaire, les restes de l’Hôtel Esplanade érigé en 1908, intégrés à la façade de verre à l’entrée du Sony Center. Les parties du passé et du présent s’associent et semblent trouver un compromis dans leur coexistence au sein d’un même édifice. La place reflète décidément les particularités bigarrées de la capitale. Sa construction n’ayant que quelques années, il est difficile, outre sa modernité, d’y apprécier la noblesse authentique des architectures chargées d’histoire. Le recul manque aux spectateurs que nous sommes mais le temps fera sans nul doute peu à peu son travail.

 
Photo-037.jpgRestes de l'hôtel Esplanade intégrés dans la façade du Sony Center

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Michel Bertrand VIALATTE 05/01/2008 15:35

Cher Nicolas,Continue tes chroniques sur l'Allemagne et berlin, à l'image de celles sur Postdamer Platz. Voilà qui nous met au contact des réalités européennes et germaniques de manière vivante, concrète, éclairée : ne lâche pas prise, quelles que soient les exigences d'un site Web, chronophage pour son auteur ! Merci de tes voeux et reçois les miens. Je rentre justement d'Allemagne (Nürnberg et München).AmitiésMichel