Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Interprète

Besoin d'un interprète sur place pour vous assister dans vos démarches ?

Laissez un commentaire.

Recherche

Articles Récents

5 novembre 2008 3 05 /11 /novembre /2008 12:57


Connu en Allemagne sous le nom de Der Baader Meinhof Komplex, c'est le film allemand à ne pas manquer si l'on désire en savoir plus sur la RAF (Rote Armee Fraktion, Fraction armée rouge), l'un des mouvements terroristes les plus longs de l'histoire, soit trois générations de membres actifs. Au début, le film remonte aux événements de 1968 (cf. article ci-dessous Dictionnaire de 1968) qui ont été à la source du mouvement étudiant, présidé par Rudi Dutschke, et de la RAF.

A la base, le groupuscule est principalement fondé par Andreas Baader, Gudrun Ensslin, Horst Mahler et Ulrike Meinhof.  Il se veut être un mouvement de guérilla urbaine antiimpérialiste et communiste. Le premier événement phare est la libération sanglante d'Andreas Baader, le 14 mai 1970, grâce à la journaliste Ulrike Meinhof qui prétexte l'écriture d'un livre en collaboration avec le prisonnier. Le groupe suivra une formation militaire musclée en palestine dirigée par la fatah, l'organisation militaire fondée par Yasser Arafat. A leur retour, ils font la une des journaux allemands par des attaques de banques à main armée, récoltant ainsi plus de 209 000 DM, argent qui leur servira à financer leurs nombreuses actions et leurs planques. L'ex-journaliste Ulrike Meinhof rédigera, en théoricienne radicale, les écrits engagés du mouvement.

Le film dépeint avec un réalisme froid les différents événements marquants du groupe. La violence est au rendez-vous. L'enlèvement du fonctionnaire d'Etat, Hanns Martin Schleyer en 1977, et son exécution par la génération suivante de la RAF a beaucoup marqué les générations allemandes. A l'écran, les divisions du groupe emprisonné et sous écoute sont révélées. Ulrike Meinhof ne comprendra pas que les tendances d'extrême gauche ne cautionnent pas les actions du mouvement et souffrira beaucoup des mésententes internes en prison. Elle sera retrouvée morte dans sa cellule. Suite à une action ratée de la jeune rélève, les membres fondateurs se suicideront à leur tour. Ceci ne marquera pas la fin du mouvement, bien au contraire, puisque la troisième génération de terroristes ne tardera pas à voir le jour. Elle coopérera avec d'autres groupes de la même veine en Europe, comme Action Directe en France.

 

 

 

 

 

Réalisation : Uli Edel d'après le scénario de Bernd Eichinger, durée : 2 h 30, sortie en France : le 12 novembre 2008

 

Partager cet article

Repost 0
Nicolas Sconza - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires