Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Interprète

Besoin d'un interprète sur place pour vous assister dans vos démarches ?

Laissez un commentaire.

Recherche

Articles Récents

7 octobre 2009 3 07 /10 /octobre /2009 13:34

En réalisant ce roman historique, le fruit d'infinies recherches d'une minutie certaine, Pierre Assouline fait fort. Le lecteur sent la patte du biographe, plus que celle du journaliste. Tout semble pourtant commencer comme un roman policier. Et pour cause, le narrateur n'est autre qu'un ancien policier gradé, reconverti en détective du palace Lutetia. Ajoutez à l'histoire le décor, les personnages et les événements de la Seconde Guerre mondiale et vous obtiendrez un récit plutôt explosif, d'autant plus bouleversant que tout ceci a bel et bien existé.

L'avant-guerre y est abordé par le détective qui décrit le quotidien de l'hôtel avec son personnel, ses clients et leurs habitudes. Les exilés allemands, avec pour chef de file Heinrich Mann (frère de Thomas Mann), ayant fuit le nazisme, résident et se réunissent au Lutetia. 

Pendant l'Occupation, le Lutetia est réquisitionné par le service de renseignement et de contre-espionnage allemand, l'Abwehr, qui est entre autres chargé de démanteler les réseaux de résistants. On apprend par la suite que l'un des chefs de l'Abwehr s'était infiltré comme espion parmi les exilés allemands pour mieux les surveiller et les confondre. Une partie du personnel français d'avant-guerre demeure à son poste, confrontant quotidiennement leurs actes de soumission forcée à leur conscience de patriote. Compromis, compromission, collaboration, traîtrise, tout est passé au crible de l'auteur qui a puisé une grande partie de ses informations dans les archives du Lutetia.

En 1945, retournement de situation aux allures de rédemption : le Lutetia est désigné par les autorités pour accueillir les déportés et démasquer les imposteurs se faisant  passer pour déporté. C'est le cas d'anciens collabos et de SS. C'est avec un grand réalisme que l'auteur évoque l'hypocrisie et les retournements de casaque de personnes dénuées d'un quelconque sens de l'honneur.

Le narrateur, Alsacien de naissance et de langue maternelle allemande, souffre de cette Allemagne qu'il ne reconnaît plus dans ses idéaux et les horreurs qu'elle sème alors sur son passage.

Il faudra une centaines de pages pour entrer bel et bien dans l'histoire, la première partie souffrant d'un style un peu trop factuel, plus propre à l'essayiste qu'au romancier. Quant aux deuxième et troisième partie, elles sont  passionnantes et émouvantes, le récit mieux amené, la boucle davantage bouclée.

Il est autant question des héros que des traîtres, des résistants que des collabos. Un roman écrit sans complaisance qui colle à la réalité des faits, de quoi faire le tour de la question sur cette époque trouble.

Extrait :

"Nombre de déportés croyaient avoir été reçus par Paris tout entier tant l'accueil à Lutetia avait été chaleureux. Ils étaient repartis pour une nouvelle vie, sans se douter qu'après ce qu'ils avaient vécu tout une autre vie ne suffit pas pour se reconstruire. Le monde qui les attendait n'était pas celui qu'ils avaient quitté. Le maréchal Pétain affrontait ses juges au moment où deux bombes atomiques américaines larguées sur Hiroshima et Nagasaki tuaient quatre vingt dix huit mille Japonais et en blessaient presque autant (...)

(...) Certains ne cesseraient jamais secrètement d'attendre. Quant à ceux qui étaient revenus, ils n'en reviendraient jamais tout à fait. Quelque chose était mort chez les survivants." 

Partager cet article

Repost 0
Nicolas Sconza - dans Livres
commenter cet article

commentaires