Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Interprète

Besoin d'un interprète sur place pour vous assister dans vos démarches ?

Laissez un commentaire.

Recherche

Articles Récents

3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 23:01

C'est un bus de deux étages qui fait bar ou un bar qui fait bus, comme vous voulez, sauf que le bus en question est (presque) toujours à l'arrêt. 

Il a été racheté à la compagnie des bus de Berlin, la BVG, une retraite dorée bien méritée pour cet engin datant tout de même de 1965. A l'entrée du bus, vous achetez vous-même vos boissons, vos barres chocolatées, votre tabac, votre café ou autres bric-à-brac comme dans un vrai kiosk ou Spätkauf allemand.

 

C'est un lieu insolite qui représente une vrai alternative aux bars fumeurs de Kreuzberg quand les températures commencent à descendre. Au premier étage, vous pouvez vous attabler avec vos amis. Et quand le temps le permet, les chaises et les tables sont à la disposition des noctambules.

 

Petit inconvénient quand l'été est passé, vous devrez certainement garder votre manteau au premier étage. Après avoir occupé le terrain vague de la Oranienstr. et la placette de la Manteuffelstr. devant la mosquée à Kreuzberg, ainsi que le Markgrafendamm à Ostkreuz, c'est la Cuvry str. qui accueille désormais le bus Kjosk, juste derrière la célèbre boîte de nuit Watergate.

 

La gérante du Kjosk est passée par de nombreux métiers. Ancienne éducatrice, professeur d'art, coiffeuse et gérante d'hôtel, Rosmarie Köckenberger a fait le choix malin de ne se lier à aucun propriétaire de local commercial. Quand elle en a marre, elle rassemble ses clics et ses clacs et prend la route pour de nouveaux horizons, de nouveaux voisins, en bref de nouvelles aventures.

 

Comment s'y rendre : Cuvrystr. 3-4, 10997 Berlin. U-Bahn Schlesisches Tor (U1)

Jours et heures d'ouverture : du lundi au dimanche de 11h (matin) à 2h (nuit) Attention à la pause d'hiver, consulter le site

Kjosk
Repost 0
16 mai 2011 1 16 /05 /mai /2011 01:19

100_1308.JPG

 

Le badeschiff voit le jour en mai 2004 à Berlin et est géré par la société ARENA Berlin qui gère également tous les entrepôts du complexe, anciens locaux de l'usine ABOAG (Allgemeine Berliner Omnibus AG) où on fabriquait des calèches pour les transports en commun, les chevaux ne tardant pas à céder la place aux moteurs électriques. 

 

100_1303.JPG

 Complexe Arena Berlin

 

Il semblerait que l'idée d'une piscine dans un fleuve soit venue des Viennois qui eurent l'idée de concevoir des bains publics et hygiéniques. Les premiers bains municipaux et fluviaux virent le jour en 1904 et ressemblaient à des péniches à l'intérieur desquelles se trouvait une piscine, à l'abri des regards indiscrets. Il faudra attendre 2004 pour que le Badeschiff berlinois prenne la forme qu'on lui connaît aujourd'hui. Ironie du sort, Vienne qui fut à la base le précurseur, aura son Badeschiff un peu plus tard, en 2006. Ce projet qui baigne dans le Danube aura coûté la modique somme de 1,5 millions d'euros à ses investisseurs privés. 

 

DSCF0286.JPG

Badeschiff à Vienne

 

Durant les longues soirées chaudes, le Badeschiff est l'endroit parfait pour boire un verre en toute quiétude et entre amis. Un terrain de sable fin, un bar au comptoir de bambou, des chaises longues, des hamacs et la piscine dans la Spree donnent le ton. Il n'en faut pas plus pour attirer non seulement les touristes désirant découvrir les originalités dont recèle la capitale mais aussi les Berlinois qui ont bien l'intention d'évacuer le stress d'une semaine de dur labeur. La piscine, couverte en hiver, est à la disposition des clients autant en journée qu'en soirée.

 

Prix : 4 euros pour l'entrée de la piscine. Tarif réduit : 3 euros (étudiants). Moins de 14 ans : 1,50 euro. Paiement en espèces.

 

Comment s'y rendre : Eichenstr. 4, station Schlesisches Tor (U1) ou Treptower Park (S-Bahn). 

Repost 0
19 juillet 2010 1 19 /07 /juillet /2010 16:17

DSCF4326.JPG

 

L'aéroport de Tempelhof, dont la fermeture a suscité bien des polémiques, est depuis mai 2010 ouvert au public. Les 386 hectares de terrain sont à présent à la disposition des Berlinois qui ont déjà commencé à apprivoiser leur nouveau parc aux pelouses encore sèches qui s'étendent à perte de vue. Des aires de grillades et des toilettes publiques sont prévues pour les visiteurs qui débarquent en masse. Cerfs-volants, ballons, pique-nique...

 

DSCF4302.JPG

 

Situé en plein centre de Berlin et jouxtant de nombreux quartiers limitrophes tels que Neukölln, Kreuzberg, Schöneberg, Tempelhof, son accès est plutôt aisé. La Senatsverwaltung  (sorte de conseil régional), chargée de l'aménagement du territoire, a organisé un concours auquel les architectes/paysagistes peuvent participer, collectant ainsi des idées pour l'aménagement du parc, avec à la clé une récompense de 100 000 euros et un contrat avec la région.

 

DSCF4305.JPG

 

La partie près du Colombiadamm est destinée à l'usage sportif pour la jeunesse avec ses terrains de sport. On parle aussi d'habitations en périphérie du parc, de commerces, de culture et de tourisme. Il faudra attendre encore quelques années avant d'en savoir un peu plus sur les intentions des autorités compétentes. Le complexe est d'ores et déjà utilisé pour des festivals de concerts en plein air, comme le Berlin Festival (septembre 2010 : Hot Chip · Fever Ray · LCD Soundsystem · Adam Green · Boys Noize · Atari Teenage Riot · Robyn · Peaches...). Quant au bâtiment, il est loué une fois par an par les organisateurs du défilé de mode Bread and butter (video ci-dessous).

 

 

Accessible depuis la station de métro Platz der Luftbrücke (U6), il se caractérise par son architecture néoclassique, une oeuvre monumentale du national-socialisme. C'est en 1993 qu'il sera officiellement quitté par la US Air Force, la Berliner Flughafen Gesellschaft devenant alors le gestionnaire principal. Suite à un plébiscite, le trafic aérien cesse le 30 octobre 2008, au grand soulagement des riverains vivant à proximité qui se plaignaient de la nuisance sonore.

 

DSCF4325.JPG

 

DSCF4303.JPG

Le public venu assister au spectacle des comédiens du Drifting Underground (deux sur la tour d'information)

 

Une troupe de théâtre, le Drifting Underground organisent des représentations en allemand (une petite partie en anglais) à l'aéroport de Tempelhof. Au programme, Creatopia, un parcours en plein air aux allures de safari guidé durant lequel les visiteurs découvrent l'univers déluré de chaque comédien, caché dans les broussailles du parc. Certains faisaient partie de l'équipe du Karmanoia, le bar plus délire de Neukölln qui a malheureusement fermé, dont les membres organisent régulièrement l'exposition labyrinthe du Salon zur wilden Renate (10 € l'entrée, 18-22 h, Markgrafendamm 1).

 

 

DSCF4335.JPG

 

 

Tout au long de la pseudo visite guidée, des curieux viennent grossir les rangs du public, contibuant à la dynamique de groupe. Critique du capitalisme ambiant, parodie des hippies, satires de l'Arbeitsamt (ANPE allemande), comédie musicale, sosie de Frida Kahlo, un programme divertissant plutôt complet. La chaîne locale RBB est venue filmer cette troupe de joyeux lurons qui commence à faire parler d'elle.

 

 

 

DSCF4337.JPG

 

DSCF4327.JPG

 

DSCF4322.JPG

 

DSCF4342.JPG

Repost 0
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 13:17

tach11.jpg
Peu de bâtiments peuvent se targuer de posséder une histoire aussi passionnante que celle du Tacheles, tout près de la U-Bahn Oranienburger Tor (U6), dans le quartier de Mitte. Construit en 1909 sous Guillaume II, le "passage de la Friedrichstr.", qui relie la Friedrichstr. à la Oranienburgerstr., résulte de l'initiative de commerçants indépendants qui se constituent en société anonyme. C'est alors l'un des premiers édifices faits de béton et d'acier, ce qui n'empêche pas sa façade d'être rehaussée de touches gothiques et néoclassiques. Son architecture des plus modernes présente la particularité d'avoir une façade et une structure interne indépendantes l'une de l'autre. Celle qu'on appellera la "cathédrale des marchandises" sera vendue aux enchères par décision judiciaire avant la Première Guerre mondiale.

En 1928, la société AEG en fait une "Maison de la technique", lieu d'exposition et de présentation de produits. A la fin des années 1930, c'est là qu'a lieu la première diffusion télévisée du monde entier.

Après la prise de pouvoir du parti nazi en 1933, le complexe devient la résidence du bureau d'études du DAF (Deutsche Arbeitsfront), syndicat affilié au NSDAP, réunissant patronat et salariés qui voit le jour en même temps que la suppression du droit de grève. En 1941, le DAF devient propriétaire de l'immeuble et accueille le siège de la SS. En 1943, son grenier abritera même des prisonniers de guerre.

Après la création de la RDA, le bâtiment n'est plus qu'une ruine gigantesque gisant au beau milieu de Berlin-est. Une agence de voyages occupera certains étages et le rez-de-chaussée sera entre autres occupé par le cinéma CAMERA et une école de commerce. La mairie ira même jusqu'à louer des salles de séminaires à l'école d'artistes de la RDA et à mettre à disposition quelques locaux pour l'armée nationale.

Le Tacheles est à l'origine un collectif de musiciens qui se forme du temps de la RDA, en désaccord avec les méthodes de censure du régime. En yiddish cela signifie "se révéler", "s'expliquer" et en hébreu "suivre un but". Le 13 février 1990, ces artistes squattent la ruine délaissée et réclament l'arrêt des étapes préliminaires de démolition, entamant des démarches pour faire déclarer le bâtiment monument historique. Malgré une décision judiciaire qui confirme la démolition, les artistes obtiennent le droit de véto de différents partis politiques et exigent que soit effectuée une nouvelle expertise sur l'état du bâtiment. Celle-ci se révélera positive et déclarera le bâtiment en bon état. En 1992, la classification monument historique sera confirmée.

100_1825.JPG

Depuis, le bâtiment est officiellement une maison d'artistes, devenu un lieu d'échange de cultures et d'approches esthétiques, enrichi par la vision d'artistes venus du monde entier. Les touristes peuvent s'y procurer des reproductions ou des peintures sur toile (par ex : patchworks) à prix raisonnables ou simplement visiter des expositions d'art moderne.

berlin-2009-228.JPG

Au dernier étage, on peut s'installer sur des fauteuils et canapés de récup, consommer une boisson au bar et admirer le panorama qui s'étend à perte de vue.
 

100_1828.JPG

Les ateliers d'artistes sont nombreux. N'hésitez pas à les visiter, les oeuvres sont souvent à vendre.

100_1822.JPG


100_1821.JPG
 

berlin-2009-221.JPG© Photo de René Pelliccia


Même si elle semble hostile, la cage d'escalier taguée à l'odeur "safranée" vous permettra d'accéder aux différentes salles d'exposition et ateliers d'atistes. Vous pouvez aussi vous rendre dans la cour du complexe où des expositions régulières de sculptures ont lieu, en général les donations y sont volontaires ou les expositions payantes sont annoncées par des panneaux. Le Tacheles risque d'être bientôt racheté par un investisseur privé faute d'argent et en appelle aux dons volontaires. La privatisation signifierait la fin de cette aventure exceptionnelle.
 

100_1829.JPG© Photo de René Pelliccia
 
 
Comment pouvait-on s'y rendre avant qu'il ne ferme (vous pouvez toujours admirer la façade) : Oranienburgerstr. 54-56a
 S-Bahn Oranienburger Str. (S1/S85) ou U-Bahn Oranienburger Tor (U6)

Site Internet du Tacheles
Repost 0
1 décembre 2009 2 01 /12 /décembre /2009 12:54



Si vous voulez surprendre votre famille ou vos ami(e)s avec un lieu qui sort vraiment de l'ordinaire, vous devez les emmener au
Spindler und Klatt un soir de week-end. 
Après avoir passé le portail un rien rouillé, vous vous retrouverez dans une cour pavée qui longe un grand bâtiment industriel de style fabrique et là, vos hôtes commenceront à être inquiets et à se demander où vous pouvez bien avoir l'intention de les mener, allant jusqu'à envisager le pire. Plus vous vous enfoncerez vers le fond de ce complexe, plus leur visage pâlira en apercevant, dans l'obscurité, la devanture de fer d'un entrepôt. Mais leur calvaire s'estompera au bout de quelques secondes en découvrant, bientôt soulagés, que vous les conduisez dans un café situé au bord de la Spree.

© Photos de René Pelliccia


"Strandbar" (bar de plage) l'été, le
Spindler und Klatt se trouve à l'intérieur d'un ancien entrepôt, meublé de nombreux lits blancs ou mauves selon la saison, entourés de tentures blanches, le tout agrémenté d'un DJ, d'une boule disco et d'effets de lumière rythmés.
Attention le vendredi soir et le samedi soir, des partys sont organisées et l'entrée est souvent payante (autour de 10 euros). Le dimanche soir, vous n'aurez pas ce problème et l'atmosphère sera plus calme. Consultez leur
site Internet. Le prix des boissons est fort raisonnable mais celui des repas plutôt élevé. Il est donc conseillé d'y aller pour boire un verre, de préférence assis en tailleur sur l'un des lits, un tantinet avachi sur les coussins prévus à cet effet. 

 

Comment s'y rendre :

Köpenikerstr.16-17 10997 Berlin (Heeresbäckerei). Métro Schlesisches Tor (U1). Quand vous entrez dans la Köpenickerstr., restez sur le côté droit de la rue. Vous ne tarderez pas à arriver devant un bâtiment de briques façon usine, une affiche géante vous signalera l'endroit.

Repost 0
31 août 2009 1 31 /08 /août /2009 17:44



Que ce soit en journée, en soirée ou en pleine nuit, vous pouvez vous rendre au Club der Visionäre, une ambiance d'exception vous y attend. Visible depuis la Puschkinallee et situé au bord de l'un des affluents de la Spree, le Club der Visionäre se pare le soir de lumière rougeâtre et diffuse au loin les beats de son soundsystem.

 

Dans une atmosphère magique, décontractée et presque babacool, les jeunes et les moins jeunes dégustent leur bière sur des quais flottants à même le canal ou sur des sofas second-hand ou des bancs en bois. Un saule pleureur trône au beau milieu du complexe et accueille le premier étage ouvert sur l'extérieur. Transfigurées par les lueurs tamisées, ses feuilles plongeantes brillent de mille reflets flamboyants.

 

Face au bar, un DJ mixe ses morceaux de prédilection devant des noctambules déchaînés. En plus du prix de la boisson qui avoisinne les 3 euros, 1 euro unique est prévu pour le DJ et un tampon vous sera apposé à cet effet lors de votre commande au comptoir. Une facette du Berlin nocturne, palpable même quand le soleil est à son zénith...

 

Comment s'y rendre : 

Am Flutgraben 1, 12435 Berlin (Treptow), S-Bahn Treptower Park (Ring) ou U-Bahn Schlesisches Tor (U1)

        

Repost 0
12 septembre 2008 5 12 /09 /septembre /2008 19:54

 

C'est le 3 octobre 1969, après 53 mois (4 ans et 4 mois) de construction, que la Fernsehturm est mise en service, se dressant à 365 m du sol (plus haute que la Tour Eiffel) sur la célèbre Alexanderplatz, symbole du régime socialiste de la RDA .
Perchée à plus de 200 m de hauteur, la boule de la tour de la télévision (Fernsehturm) offre une perspective panoramique d'exception. Après avoir payé l'entrée qui coûte 9,50 Euros, le visiteur se retrouve dans une file d'attente (environ 15-20 mn en journée) avant de prendre l'un des ascenseurs qui le hissera directement jusqu'à la boule de verre. A l'arrivée, une vue imprenable sur tout Berlin à une hauteur de plus de 200 m. L'appareil photo est fortement recommandé en cette occasion rêvée pour immortaliser quelques instants passés dans le ciel berlinois.

 

 

Rotes Rathaus, l'hôtel de ville rouge de Berlin où siège le maire SPD (parti socialiste) Klaus Wowereit 


L'immense parc du Tiergarten, poumon de la ville, avec la coupole de verre du Reichstag à droite 



Le Palast der Republik, ancien parlement de la RDA, en phase de démolition depuis 2006 sur décision du Bundestag 



Immeubles d'époque, cours et arrière-cours


 
Au centre la Volksbühne, le théâtre moderne de Berlin-est 
 

Au premier étage de la boule, un restaurant gastronomique et un café sont à la disposition des touristes. Particularité étonnante : il tourne lentement, ce qui permet aux clients assis d'admirer Berlin à 360 degrés et de ne rien manquer du paysage : immeubles, monuments, boulevards gigantesques, parcs... Concernant le café, les prix demeurent malgré tout raisonnables, comptez néanmoins un peu plus cher que dans les autre cafés au sol.

 

 

Café "rotatif" au premier étage de la boule


C'est l'occasion de mesurer l'étendue de la cité glorieuse et d'avoir une vision géographique globale des principales infrastructures. Plus qu'une attraction destinée aux touristes, la tour de la télévision étonne par son aspect extérieur et sa structure intérieure des plus modernes. Elle accueille chaque année 1,2 millions de visiteurs venus du monde entier. Rappelons qu'en 2006, la boule était parée de couleur argent et magenta à l'occasion de la Coupe mondiale de football.

 

Repost 0
10 juillet 2008 4 10 /07 /juillet /2008 01:01


Dans l'un des quartiers les plus populaires de Berlin, Neukölln, se trouve un café insolite, le Gelegenheiten. Les murs carrelés rappellent au visiteur qu'une boucherie se dressait autrefois au même endroit. Cela fait partie des nombreuses surprises que réserve la capitale. Une association (Verein) est à la tête du lieu et organise régulièrement des concerts, des expositions, des projections de films, des lectures... Comme ces manifestations ne sont pas à but lucratif, le prix des consommations est très modiques, ce qui n'est pas pour déplaire aux visiteurs souvent aux revenus modestes. Une ambiance décontractée et très alternative, des fauteuils et des canapés second-hand, une tapisserie années 70, des concerts de musique expérimentale. Tout peut faire l'objet d'une manifestation à condition d'en faire la proposition à l'association qui est ouverte à toute forme d'événement, à condition que cela reste dans l'esprit culturel et divertissant berlinois ou neuköllnois. Neukölln est le quartier montant de Berlin, comparable au Kreuzberg d'il y a dix ans. Les prix y sont plus abordables qu'ailleurs, ce qui favorise l'esprit d'initiative ainsi que le foisonnement culturel et créatif.

A l'angle de la Weser- et de la Elbestr., non loin du nouveau quartier trendy de Kreuzkölln (jonction entre Kreuberg et Neukölln) se situe le Gelegenheiten 
 
Concert de musique expérimentale 


Murs carrelés, tuyaux apparents, fauteuils second-hand. Il en faut peu en somme

 
Vue depuis la rue 

 
Petite exposition improvisée

 
Déco Seventies


Une atmosphère, ça ne s'invente pas 
Repost 0
9 juin 2008 1 09 /06 /juin /2008 14:27

 

 


Dans le Treptower Park, il fait bon flâner. Il se situe dans le quartier de Treptow-Köpenick au sud-est de Berlin. La Spree, célèbre fleuve berlinois, s'écoule tout au long de sa surface, donnant au lieu une allure de station balnéaire, en moins chic, cela va sans dire. C'est de 1876 à 1888 qu'il est  créé et aménagé par le paysagiste municipal Gustav Meyer. Avec sa superficie de 88,2 hectares, c'est l'un des parcs les plus spacieux de Berlin. Au loin, quelques fumées d'usine rappellent qu'on est à l'est. Mais pas seulement. Un monument soviétique, érigé en 1949 en hommage aux soldats de l'armée rouge morts pendant la Seconde Guerre mondiale, en impose par ses dimensions monumentales et son faste militaire.

 

 

Monument soviétique


Mais revenons à ce lieu de villégiature, propice au repos et à la réflexion. De l'herbe à perte de vue, des kiosques en tous genres, un port, un restaurant allemand Haus Zenner avec son Biergarten, un Burger King, des sentiers abrités par une végétation luxuriante et, jurant avec le reste du décor, un parc d'attractions abandonné dans un piteux état. Une roue géante, un grand huit, des petits trains, des dinosaures en plastique, un manège en forme de tasses géantes, des bâtiments désertés, des ruines d'appareils divers, des caisses éventrées, c'est tout cela que le parc d'attractions présente comme paysage post-cataclysmique où la nature semble avoir repris ses droits.

 

Propriété privée, défense d'entrée
 

Le Kulturpark Plänterwald est créé en 1969 en plein territoire de la RDA. Il s'étend sur 29,5 hectares de terrain, ce qui en fait le seul parc d'attractions de Berlin. Il aura le mérite de survivre à la chute du mur jusqu'en 2001 avant de faire faillite malgré les    400 000 visiteurs de cette année-là. En 2002, Norbert Witte, l'exploitant du parc, prend la fuite vers le Pérou avec quelques attractions, espérant faire fortune en ouvrant un autre parc à Lima. Il reviendra à Berlin deux ans pus tard avec une attraction « tapis volant » chargée de 120 kg de cocaïne, ce qui lui vaudra d'être condamné.

Si on longe la Spree en direction de Kreuzberg, on peut admirer l'oeuvre d'art Molecule Man de Jonathan Borofsky, sculpteur américain. Implantée à même la rivière en 1999, elle se dresse à une hauteur de 30 m, symbolisant la réunion de Kreuzberg, Treptow et Friedrichshain, quartier qui jouxte la rive d'en face. En continuant, on peut aussi apercevoir l'Oberbaumbrücke, pont qui séparait l'est de l'ouest de Berlin. L'endroit vaut réellement le détour, les bâtiments aux abords de la Spree se découpant sur un paysage fluvial majestueux.

 

 

 

Molecule Man

 

 

 

 

Le pont Oberbaumbrücke au loin avec le bâtiment de verre Universal Music sur la droite et la Fernsehturm (tour de la télévision) au fond

 

 

Repost 0